Ce matin j'ai reçu une lettre de la MDPH me disant qu'ils avaient statué sur mon dossier et que "pour les sommes restantes à (ma) charge, certaines aides extra légales peuvent être mobilisées". Joint à la lettre, un dossier à remplir pour quémander quelques miettes...

Je veux bien remplir un dossier (un autre), mais je ne sais pas combien on me donne, à la base, rien n'est mentionné.

Crétins des Alpes!

 

Cette habitude qu'on doit prendre et qui me défrise: pleurer misère. Suciter la pitié, "faire pleurer dans les chaumières", tout ça pour grappiller/mendier de l'attention ou quelques pièces. C'est humiliant.

C'est cette technique que le Téléthon applique en mettant aux premier rang tous les "pauv' petits zenfants", les plus mal-en-point. Attention, je ne dénigre pas le Téléthon, heureusement qu'ils mobilisent la population et font entendre notre voix, je regrette simplement qu'il faille faire pleurer l'Homme pour le faire réagir. J'aurais préféré le faire sourir, qu'il associe fauteuil roulant et un truc positif genre courage, résilience, force; pas de la tristesse et de la souffrance. Qu'il soit si gêné de poser les yeux sur cette douleur insupportable qu'il en détourne le regard...

Il faut toujours exagérer, aggraver, enfumer pour avoir ce qu'on veut. C'est fatiguant de toujours devoir se batailler. Les choses ne sont jamais simples, encore moins quand on sort des "standards". Une personne handicapée/malade doit tout le temps parlementer pour se faire connaître et reconnaître.

C'est un vrai parcours du combattant. Remplir des montagnes de dossiers, se frotter au monstre de l'Administration française qui baigne dans sa torpeur légendaire. La COTOREP a disparu mais les organismes qui le remplace ont gardé sa vivacité (travail de mémoire?!).

Vous prenez un RTT pour joindre la hotline de votre opérateur téléphonique? P'tit joueur! Appelez la Sécu, la CAF ou un hôpital de Paris pour un RDV qu'on rigole!