Jason Bourne : l'héritage

 

"Jason Bourne: l'héritage" est diffusé sur canal+ en ce moment. On y aperçoit Matt Damon, jeune, au début de la saga. Il avait encore le visage d'un adolescent avec le petit air de défi qui le caractérisait dans Will Hunting.

Le temps passe pour tout le monde...

Hier, j'étais sur Deezer, et je cherchais un des crooners que j'aime tant: Harry Connick Jr. En plus d'une voix enivrante, il est bel homme. Par curiosité, j'ai regardé les albums proposés. Je me suis arrêté à 1994...

Le Temps passe pour tout le monde...

Il y a quelques temps, j'ai regardé Time Out. Film de science-fiction, somme toute excellent, puisque j'y pense encore.

Le synopsis est efficace: il n'y a plus d'argent, l'unité monétaire mondial est le Temps. Son temps de vie.

1 café? C'est 5 minutes. 1 trajet en bus? 2 heures. Le salaire est donc perçu en temps. Par manipulation génétique, le corps humain stoppe son vieillissement à 25 ans, et un compteur s'affiche sur son avant-bras. Si on est "riche", on peut vivre éternellement, sinon on passe sa vie à courir après quelques minutes. Cela créé des situations cocasses: un homme entouré de 3 femmes. Laquelle est sa mère? Sa femme? Sa fille?

L'idée est séduisante par certains cotés: ne plus vieillir, ne plus souffrir. Mourir "comme on éteint la lumière", c'est ce que disait Isabelle Adjani. Les lobbies pharmaceutiques ne laisseraient pas faire. Jeune et sain, ad vidam eternam? Un coup à fermer boutique.

D'un autre coté, donner une valeur marchande à sa vie, à son temps, c'est flippant. C'est sensé rester inaliénable et gratuit. Une vie a la valeur que lui donne son propriétaire. C'est très dérangeant que ça ne soit plus privé, que ça n'appartienne plus à la personne, comme si son foie, ses reins étaient négociables.

Je me demande si mon obsession du Temps qui passe a une explication, une signification? Peut-être que j'ai peur d'être soignée trop tard? Et si je manquais de temps pour rattraper celui perdu à être malade?

Plan sur la comète...

 

Retour à Mr. Bounre. J'ai attrapé le film en cours de route, mais ce que j'en ai compris c'est qu'on a pris un gars lambda au Q.I. de Forrest Gump, et que par tambouillage génétique, on en fait un surhomme capable de décrocher le Nobel de Physique, remonter un réacteur de fusée, le tout sur un bras, en faisant des pompes et en lisant la bio de Gandhi. (Bah oui, c'est un mec bien quand même!)

La jolie docteure du film explique qu'on prend un virus inoffensif qui servira de "transporteur". Dans le virus, on installe des cellules (en général "souches") qu'on a reprogrammé pour qu'elles produisent plus de protéines, ou plus de globules (liste non exhaustive), et on réinjecte.

Cette "recette" de thérapie génique exposée dans un film hollywoodien, j'en ai avalé de travers. La technique fonctionne. Des malades ont déjà été soigné, et j'entrevois un espoir. Ne nous enflammons pas! Mais ça serait de la balle!  

Oui mais.

Si la Science/Médecine sait manipuler nos gênes pour soigner des gens, qu'est-ce qui garanti qu'il n'y aura pas de dérives?

Qui dit que, dans quelques années, les états ne commanderont pas des "supers soldats"? Ou que des parents choisiront "à la carte" (génétique), à quoi va ressembler leur progéniture? Ou que des grands sportifs se feront bidouiller les circuits pour gagner le Tour de Frrr... Ah non, ça c'est déjà fait! On chuchote que Froome serait un OGM, on aurait augmenté ses globules rouges (porteurs d'oxygène).

Victoire en demi-teinte...