"Escarre", le mot est lâché. Si tu vois pas ce que c'est tape le mot dans ton moteur de recherche. Tu vas voir, les photos c'est "Walking Dead". Cette horreur est ma hantise depuis des années, mais là, depuis l'accident (fémur), je sens que je suis à 2 doigts de la correctionnelle.

A cause des garçons de ma hanche, je dois dormir sur le dos, et parfois souvent, comme ce matin vers 5h, la douleur de mon talon qui "brûle" me réveille.

http://escarre.fr/prevention/surveillance/images/Endroits.jpg

 

Vois-tu, ça fait 2 heures qu'on en discute avec une copine AF, du coup je suis un poil fébrile. C'est un peu le Truc-Dont-On-Ne-Parle-Pas, tellement ça nous fout les chocottes. C'est notre Voldemort à nous, en quelque sorte. On a la superstition de croire que si on en parle pas, ça n'arrivera pas. Enfin si, mais le plus tard possible... Parce que c'est ça le hic, ça arrivera, forcément, à un moment ou à un autre. C'est logique, c'est mécanique, c'est implacable. Tu bouges pas assez parce que t'es malade et/ou en fauteuil, CRACK! "Patients présentant une diminution de la vascularisation, de la mobilité ou la sensibilité", c'est bon, j'ai le tiercé gagnant. Comme pour le coeur qui déconne ou même l'incontinence, les muscles sont touchés par la maladie, tous les muscles...

Fait chier.

Non mais là, c'est de l'acharnement, votre honneur. Je m'explique: j'ai remarqué qu'en dormant sur le dos, le buste relevé, je m'étouffais moins (voire pas) dans mon sommeil. Cool, parce que c'était pas grosse la poilade...

MAIS, je risque des escarres et le fait de relever le haut du corps me fait glisser vers le bas du matelas. Donc je plie la portion et relève mes jambes, ce qui entraîne le raccourcissement du muscle qui lie la hanche au tronc. Concrètement, si je marchais, je serais voûtée. Enfin "concrètement", je m'en tamponne le coquillart.

Ou sur le coté. Étouffement, douleur, et escarre possible, y a pas de raison. Mon coeur balance. Tu veux mourir de la peste ou du choléra?!

Si tu savais comme j'en ai marre de me bagarrer contrer des moulins à vent. J'ai l'impression que mon bateau prend l'eau de toute part, et dés que j'écope d'un coté, y a un nouveau trou qui apparaît de l'autre. J'ai beau ne pas me laisser abattre, et continuer à virer l'eau avec ma petite cuillère, je vois le niveau monter.

J'ai un message: j'apprécierai grandement que les gardes-côtes se bougent le Q, PUTAIN!