J'ai perdu une amie il y a quelques jours. Rupture d'anévrisme.

J'ai beau rarement desserrer les dents, là, j'en ai gros sur la patate... Elle est partie, elle est plus là. En à peine quelques heures, POUF, elle s'est transformée en nuage de paillettes. C'est dans ces moments que j'aimerais croire qu'il y a quelque chose après. De penser que je ne reverrai plus jamais son sourire, je n'entendrai plus son rire clair, ni ne sentirai sa main douce et protectrice qu'elle passait dans mes cheveux quand elle arrivait près de moi, c'est tellement dur. Le pire c'est pour ses hommes, son mari et ses 2 grands garçons qu'elle laisse, j'ose même pas imaginer leur détresse. Le mari a confié à Monsieur, que depuis le drame, le plus grand des fils (25 ans environs) fait des cauchemars toutes les nuits et pousse des hurlements déchirants. La précision m'a fait froid dans le dos...

Aujourd'hui c'est l'anniversaire du mari. On s'est demandé avec Monsieur si c'était pas indélicat de lui souhaiter. Intense réflexion. On a opté pour un texto dans lequel souhaiter son anniversaire pourrait être interprété comme une preuve (s'il en fallait une) qu'on pense à lui, et devient presque une excuse pour lui re-dire qu'on est là s'ils ont besoin, et, qu'on espère les voir bientôt... La politesse, ou plutôt, les usages guindés qui sentent la naphtaline, nous ont rattrapé, et on a demandé les coordonnées de la cérémonie pour y envoyer des fleurs (ça se fait). Le mari a répondu que ça femme avait insisté sur le fait qu'elle ne voulait surtout pas de fleur, mais qu'à la place, elle préférait qu'on donne à la Recherche ou à une association caritative.

Là, "tous les regards se sont tournés vers moi", genre je suis LA spécialiste, ou alors c'est un dernier clin d'oeil qu'elle me fait, une dernière caresse. C'est une dernière façon de faire du bien. J'ai presque l'impression qu'elle me murmure: "Tiens, un petit coup de pouce!". J'ai un noeud dans la gorge...

Cette grande dame avait expressément souhaité que tous ses organes soient donnés, et donc cornée, rein, foie, tout est parti! Je me suis dit que j'avais eu de la chance de la connaître, et que j'avais peu d'amis mais j'étais tellement fière d'eux.

Le coup de grâce c'est quand son mari me demande ce que je recommande, quelle assos choisir... Bah euh, comment dire? Tu veux que moi, je donne des directives de dons à peut-être 500 personnes??! Ok, tout va bien, j'ai pas du tout la pression.

Alors on élimine, les petites, les louches, et on arrive sur le Téléthon ou Imagine.

Voilà ma belle, et merci.